partager

Droit de réponse

Une question, une interrogation, une incertitude, ne restez pas ainsi dans l’ignorance. N’hésitez pas à joindre l’université la plus proche et posez votre question. Un expert vous répondra en quelques secondes, il en a l’obligation, même s’il est occupé, même si une expérience de première importance exige son attention à la paillasse.


Driiiing, driiiing… Driiiiiing…

— Pas le temps, bon sang !

Driiiing, driiiing… Driiiiiing !

— Allez vous faire voir ! grogna nerveusement le professeur Jackson Sulitzer sans se préoccuper ni du téléphone, qui égalait en volume le vacarme d’une sirène d’incendie, ni du gyrophare qui illuminait les murs du laboratoire d’éclats rouges. Une autre fois ! cria-t-il. Rappelez plus tard !

Perlé de sueur acide, comme une rosée radioactive sur les champs de Tchernobyl, le front haut du professeur Sulitzer, dépourvu de cheveux jusqu’au sommet du crâne où débutait enfin une longue tignasse noire, parfois maintenue en queue-de-cheval sur sa nuque, parfois comme aujourd’hui laissée libre sur ses épaules, affichait de soucieuses rides parallèles. Sa blouse blanche, dont on ne savait pas exactement si elle appartenait à un scientifique ou à un peintre tant elle était maculée de taches colorées, était entrouverte sur un vieux t-shirt noir marqué des initiales d’un groupe barbarock que le savant avait assez adulé dans ses jeunes années pour se recouvrir le torse de tatouages, avant de rencontrer fortuitement la Science, un soir dans un bar alors qu’il n’avait que dix-huit ans. Il convolait depuis avec elle un amour mitigé. Il lui offrait tout et elle ne lui rendait jamais rien.

Driiiing, driiiing… Driiiiiing ! 

Jackson Sulitzer n’avait pas une seule seconde à perdre au téléphone, non ; il lui fallait concentrer toute son attention à son travail. Il saisit avec d’infinies précautions entre ses longs doigts agiles une pipette dont il rapprocha l’extrémité d’une éprouvette dans laquelle baignait une solution gazeuse bleutée. Il rejeta ses cheveux derrière son épaule et, du pouce, il pressa quelques gouttes. La solution se troubla instantanément – elle devint pétillante et le verre se fissura d’un éclair fin. Jackson se recula par réflexe, comme s’il s’était approché trop près de la cage d’un furet hargneux, tandis que la solution mousseuse débordait de l’éprouvette et coulait sur la paillasse, rongeant un peu plus encore le carrelage déjà maculé de dépôts divers.
— Merde ! Merde ! répéta Jackson.


Commentaire :

Cette histoire retrace les quelques semaines qui ont vu l’Humanité faire son plus grand bond technologique, grâce à l’entente inaliénable de deux hommes que tout oppose. À noter : première apparition de Franck Cordial, l’incontournable et l’inoxydable présentateur du JT du Multiplexe, que vous aurez l’occasion de revoir à de nombreuses reprises sur votre petit écran.


Retrouvez cette histoire dans le recueil Un dernier homme, pour la route ?

acheter

Disponible


partager

Précédent

22 pages
Disponible
Version électronique : 1 €

Suivant