partager

La peau sur les os

Envie de grignoter un morceau, installez-vous au comptoir du Mars Kahnab Express ! Implanté sur Terre quelques 50 ans après le grand exode qui aura vu tous les colons éparpillés à travers le SS revenir en masse vers une Terre ravagée par la guerre, le Mars Kanhab Express est un petit commerce familial qui accueille toujours les mêmes clients, des Martiens vindicatifs, racistes et grossiers.


Température agréable et tenues légères ; c’était un soir d’hiver sur Terre, trois siècles après l’inversion des saisons. La lune rousse se levait audessus des façades en briques rouges de Mars et l’étoile du berger brillait dans le crépuscule comme un diamant vénusien.
Un quidam, un de ces traînards vêtu de la toge folklorique des anciens Guetteurs de Ganymède – une province de Jupiter, s’approcha du Mars Kahnab Express, un fastfood ouvert sur la rue. En attirant sur lui des regards méfiants parmi la clientèle exclusivement martienne et patriotique, le natif de Jupiter se fit une place au bar et commanda un kahnab simple, sans supplément de garniture. Les conversations, qui s’étaient interrompues à son arrivée, reprirent de plus belle.
– Saleté de Lune ! rugit alors un homme gras aux joues flasques et brunes, le Martien typique, accoudé au bar.
Sa tenue correspondait aux canons locaux – bermuda rouge, poncho des manitous porté en cape et sandales intégrales. Il s’empiffrait sans couvert d’un double kahnab dont le gras luisait sur ses doigts boudinés.
Le Kahnab, une spécialité martienne, se composait de lanières de viande de boeuf martien enroulées autour d’un épais tronc de pain rassis. De la graisse en abondance maintenait la cohésion du cône. Seul un estomac de Martien était armé pour digérer ce plat.
– N’empêche, objecta un autre Martien qui ingurgitait comme un goinfre le même menu. Sans elle : pas de marée.
– Et alors ? réagit le premier en mastiquant bruyamment la bouche ouverte. Qu’est-ce que ça changerait ?
– je n’en sais rien, reconnut l’autre. Je n’insinuais pas que ce serait un mal...


Commentaire :

Dans ce monde où les Martiens, les Vénusiens et les Jupitériens se côtoient avec peine, Boris et Violaine Philipoussis, des Philipoussis de Marsopolis, vont fomenter le dessein sans grâce de supprimer Hector Philipoussis, grand-père de Boris, Chef et propriétaire du Mars Kahnab Express. Cet assassinat n'a qu'un but : permettre au jeune couple d'hériter légalement du restaurant... Sordide.


Retrouvez cette histoire dans le recueil Un dernier homme, pour la route ?

acheter

Disponible


partager

Précédent

41 pages
Disponible
Version électronique : 1 €

Suivant